Commerce sino-européen:nouvelle ère après REACH

Publié le par LG

Après six ans de discussion, le projet REACH est entré en vigueur le 1er juin dans les pays de l’UE. C’est la plus grande barrière commerciale que n’a jamais rencontrée la Chine depuis son entrée dans l'OMC.

Le projet REACH (enRegistrement, Evaluation et Autorisation des substances Chimiques) répond à des objectifs ambitieux : développement durable, protection de la santé et de l'environnement, préservation et renforcement de la compétitivité de l'industrie chimique. Il concerne le contrôle de la fabrication, de l’importation, de la mise sur le marché et de l’utilisation des substances chimiques. Il aura donc un impact important dans les modes de travail des industriels producteurs, importateurs, exportateurs et utilisateurs de substances chimiques.

La Chine est l’un des plus importants partenaires commerciaux de l’Union européenne. En 2006, le volume d’échanges a atteint plus de 200 milliards d’euros. Dans le domaine des produits chimiques il s’élève à plus de 17 milliards d’euros par an.
L’application de REACH conduire à une augmentation des charges pour les producteurs chinois comme les frais de contrôle et de brevet les substances chimiques. Pour les entreprises chinoises, ce chiffre atteindra au minimum 400 millions d’euros environ. 90% des échanges du commerce sino-européen devraient être concernées, et on devrait observer une baisse de 10% du volume de l’import-export sino-européen dans le domaine des produits chimiques. Le coût de production des exportations chinoises destinées au marché européen va augmenter environ 5%, et pour les produits importés de l’Union européenne au marché chinois, le coût de production grimpera environ 6%.

Tous les secteurs touchés 

Mais REACH ne concerne pas que les produits chimiques. Il a un impact sur presque tous les produits, puisque peu de produits peuvent se passer de produits chimiques pendant sa fabrication.
Certains spécialistes estiment que le commerce entre la Chine et l’Union européenne va rencontrer un vrai choc avec la mise en place de REACH. Les difficultés devraient atteindre tous les domaines : l’électroménager, le textile, la chaussure, le jouet, l’électronique, l’automobile et l’industrie pharmaceutique.
En revanche, puisque le règlement chinois sur les substances chimiques est moins sévère par rapport à REACH, pour des produits destinés au marché chinois, certains exportateurs européens risquent de choisir la délocalisation et fabriquer directement leurs produits en Chine.
En un mot, l’impact de l’application de REACH sur l’économie européenne et chinoise, surtout sur le commerce sino-européen est considérable. Une bonne gestion sera nécessaire pour minimiser les mauvais côtés, et maintenir une bonne vitesse d’augmentation du commerce sino-européen.

Publié dans Chine express

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article