Coulisse du tremblement de terre en Chine

Publié le par Lei Gong

Après deux ans d'études au Centre de formation des journalistes (CFJ), j'ai eu mon premier contrat de travail au bureau de France2 à Pékin. A peine deux semaines passées, la grosse actu est venue vers notre équipe (formée par la reporter Samah Soula, le JRI Tristan Le Bras et moi): le tremblement de terre à Wenchuan, une ville à environ 100km de Chengdu, chef lieu de Sichuan.

7,8 magénitude, dans une des provinces les plus peuplées de la Chine, le dernier bilan officiel s'affiche déjà près de 15 000 morts, au troisième jour après la catastrophe. Non seulement cette région très touristique, plus de vingt d'autres provinces ont été également touchées.

Mon baptême de carrière est un peu trop rude, comme l'a dit Samah. Un petit résumé de mon travail de ces trois derniers jours:

Lundi 12 mai, le tremblement de terre a eu lieu à 14h28. Plusieurs d'immeubles des bureaux à Pékin ont été vidés par à l'ordre des autoritées. Un reportage pour le JT de 13 (vive le décalage!) et un direct pour le 20h ont été faits dans l'après-midi. Collecte d'information, réservation des billets, jusqu'à 22h du soir, une décision de grand départ vers la zone sinistrée a été prise.

Mardi 13 mai, arrivée à l'aéroport de Pékin vers 10h30, pas de vols pour Chengdu, où l'entrée des avions était interdite. La ligne pour Chongqing, une autre grosse ville de la région à 4h de route du premier, a été surchargée. Des annulations, des retards, nous sommes finalement arrivées à Chengdu à 23h. Un tour dans la ville, et un sujet pour le JT de 20h a été fait et est arrivé à Paris 30 secondes avant la diffusion.

Mercredi 14 mai, après quatre heure de sommeil, la pire journée commence déjà à partir de 7h. Le challange du jour: aller voir Mianyang, une ville très touchée, qui est à environ 150km vers le nord. Plus de 3000 morts, et un nombre important de personnes encombrées sous les bâtiments effondrés, c'est ce que dit l'agence de Xinhua. Après tous les efforts: JRI arrêté par la police, embouteillages partout, contrôles sans arrêt des policiers, fermeture de l'autoroute, on a finalement raté le JT de 13h. Notre seule récompense: un bon sujet pour le 20h!

Publié dans Chine express

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article