Le bonsaï, un art de vivre

Publié le par LG

Loisirs. De plus en plus de personnes sont attirées par cette activité d’origine asiatique.

En Chine, les traces du bonsaï se remontent jusqu’au plus de mille ans. Mais c’est les Japonais qui l’ont repris et qui ont instauré des règles esthétiques. En France, le bonsaï est arrivé au début du XXe siècle. « Faire du bonsaï permet d’échapper à la folie quotidienne », explique Thomas Renard, président de l’Association havraise du bonsaï, « et d’évacuer le stresse ».

Créée en 1999, c’est la seule et unique association dans ce domaine au Havre. Elle compte une vingtaine d’adhérents, qui se réunissent deux fois par mois au serre municipal. Divisés en petits groupes, les plus anciens donnent des conseils de culture et d’entretien aux nouveaux. A l’heure d’assemblement, tout le monde ramène sa propre plante. D’abord une analyse de forme, c’est la partie théorique. « On ne force jamais l’arbre. Il faut respecter sa nature première », révèle Thomas Renard. Après, les membres taillent leurs œuvres selon leur goût. « Nous essayons de reproduire la nature en miniature, et la rendre plus belle », affirme fièrement le président.

Dans le cadre de la journée nationale du bonsaï, qui a lieu tous les deux ans, l’association organise des expositions au parc de Rouelles pour faire découvrir cette activité. En mai dernier, ils ont eu un grand succès avec plus de mille d’entrées enregistrées.

Face à la demande, un groupe de débutants sera mis en place à la rentrée en septembre. Pour les nouveaux arrivés, Thomas Renard leur donne ses conseils: «Il faut bien choisir son arbre de départ. Il faut surtout du courage et de persévérance. Être à l’écoute de son arbre est important aussi. Sinon, ce n’est vraiment pas compliqué ».

 

Association Havraise du Bonsaï: frais d’adhésion: 35 €. Pour plus renseignements: 06 84 53 83 41.


Cet article a été publié dans Paris-Normandie version Le Havre du samedi 25 août 2007.

Publié dans Paris-Normandie

Commenter cet article