Le Temple de l’Amour

Publié le par Lei Gong

IMGP2088-coupe.JPGLoisirs. Le créateur est en train d’effectuer un tour de France pour commercialiser son nouveau jeu érotique.

La pyramide fermée signifie l’homme, ouverte en pédale représente la femme. Voici le jeu de plateau inventé spécialement pour les couples.

« Souvent il manque de communication dans la vie du couple », explique Maurice Dufaut, co-créateur de ce jeu érotique. Ainsi, le but de ce jeu est-il de pousser les couples à communiquer et s’amuser à deux, « choses que nous ne faisons plus après un certain temps ».

Dans ce but, le jeu consiste principalement deux cents cartes divisées en deux groupes: les questions et les préliminaires. Elles permettent de découvrir son partenaire, son corps, ses envies et ses phantasmes. « C’est aussi bien pour les couples qui vivent ensemble depuis longtemps et ceux qui viennent de démarrer », ajoute le concepteur.

Des pions en deux couleurs servent à marquer les points, et le gagnant choisira un sénario parmi les sept proposés pour en finir la soirée avec son bien aimé… Plumes, huiles de massage bio, ruban de satin, tous ces accessoires pour aider à expérimenter de nouvelles possibilités.

Protéger par un petit cadenas à la pointe de la pyramide, pour éviter à la portée des enfants, ce jeu est également une jolie décoration dans la chambre. Encore un secret partagé seulement par le couple.

Commercialisé en février dernier sur leur site Internet, Maurice Dufaut a pris quatre mois de disponibilité, depuis juin dernier, pour faire connaître ce jeu partout en France. Déjà installé des distributeurs de vente dans des lingeries, des magasins de jouets et des magasins spécialisés à des villes comme Bordeaux, Lyon, Toulouse et Marseille, cette société siégée à Ardèche (07) a choisi Le Havre comme la première étape en Normandie. En espérant une belle conquête…

Le Temple de l’Amour: 69 €, en vente sur le site: www.letempledelamour.com

Cet article a été publié dans Paris-Normandie version du Havre le jeudi 30 août 2007.

Publié dans Paris-Normandie

Commenter cet article