Don du sang et du plasma

Publié le par LG

IMGP1473.JPGEdouard Letts, 51 ans, est en train de donner son plasma.
















Dans les salons de l’Hôtel de Ville du Havre, les donneurs sont venus tôt et nombreux.


«Nous faisons la promotion du don du sang», explique Monique Jouan, la vice-présidente du groupe amical des donneurs de sang bénévoles du Havre et de l’arrondissement. C’est dans le but d’avoir le plus grand nombre de donneurs de sang que le groupe, fondé en 1949, organise cette opération, en partenariat ave l’Etablissement français du Sang(EFS).

A 9h, plusieurs personnes sont déjà à l’attente pour faire preuve de leur solidarité. Etudiant, opérateur, agent de la mairie, ils viennent de domaines divers. Tous ont un même objectif: aider les gens qui en ont besoin.

«Cela fait vingt-sept ans que je fais le don», affirme Stéphane Mézaize, «cela me paraît tout à fait naturel». Faisant partie des premiers arrivés, l’homme de 48 ans est un habitué de ce genre d’opération. Il raconte avec fierté avoir incité son fils à devenir donneur lui-aussi. Ainsi, âgé de 19 ans, Jérémy a déjà fait deux dons.

«J’ai dit à mes copines de venir aussi», exprime Julie Guesdon, étudiante en éco-gestion. 18 ans, c’est la deuxième fois qu’elle y participe.

Pour la santé, «si l’on respecte la fréquence du don, il n’y aura pas de problème particulier», confirme Willy Salmon, médecin de l’EFS. «En général, la récupération est rapide.»

Dans la salle, une collecte de plasma se déroule en même temps. Cela dure environ 45 minutes pour une personnes.

«On espère pouvoir récolter cinq cents dons pendant ces trois jours, voire plus», souhaite Monique Jouan. Ce n’est pas impossible, car en moins d’une heure de l’ouverture, une trentaine de personnes sont déjà inscrits sur la liste de donneurs.

Vous pouvez donner votre sang si vous êtes âgé de plus de 18 ans, et cela dure jusqu'à la veille de votre 66 ans. 
La fréquence: 3 fois par an  pour les femmes; 5 fois par an pour les hommes (3 fois par an pour ceux âgés de plus de 60 ans.
Important: laisser huit semaines minimum entre les deux dons.
 


Cet article a été publié dans Paris-Normandie version Le Havre, le samedi 7 juillet 2007.

Publié dans Paris-Normandie

Commenter cet article